Saint-Augustin, Confessions, livre III, chap. I

Présentation
Né dans la province romaine d’Afrique en 354, Augustin d’Hippone est mort en 430. Il fut un philosophe et théologien chrétien, d’origine berbère, latine et phénicienne. Il est considéré comme l’un des quatre Pères de l’Église occidentale.

Texte
« Je vins à Carthage et de tous côtés j’entendais bouillonner la chaudière des amours infâmes. Je n’aimais pas encore mais j’aimais l’amour et par une indigence secrète je m’en voulais de n’être pas assez indigent.

Aimant l’amour, je cherchais un objet à mon amour ; je haïssais la sécurité, la voie sans pièges, parce qu’au fond de moi j’avais faim : je manquais de la nourriture intérieure, de toi-même, mon Dieu, mais ce n’est pas de cette faim-là que je me sentais affamé ; je n’avais pas d’appétit pour les aliments incorruptibles, non que j’en fusse rassasié : plus j’en manquais, plus j’en étais dégoûté. Et mon âme était malade ; rongée d’ulcères, elle se jetait hors d’elle-même, misérablement avide de se gratter contre le sensible. Mais le sensible, certes, on ne l’aimerait pas s’il était inanimé. Aimer et être aimé m’était encore plus doux si je pouvais en outre jouir du corps de l’être aimé. Je souillais donc la source de l’amitié des ordures de la concupiscence et je voilais sa blancheur du nuage infernal de la convoitise. Et pourtant, dans l’excès de ma vanité, tout hideux et infâme que j’étais, je me piquais d’urbanité distinguée.

Je me jetai ainsi dans l’amour où je désirais être pris. Mon Dieu, ô ma miséricorde, de quel fiel ta bonté a-t-elle assaisonné ce miel ! Je fus aimé. Je parvins en secret aux liens de la jouissance, je m’emmêlais avec joie dans un réseau d’angoisses pour être bientôt fouetté des verges brûlantes de la jalousie, des soupçons, des craintes, des colères et des querelles ».