Découvrez nos ressources

Textes

Genèse

Genèse, 3, 19

Texte
« C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ;

En savoir plus « Genèse »

Iqbal

Mohammed Iqbal, Le Livre de l’éternité

Présentation
Né en 1877 en Inde britannique (actuel Pakistan), et mort en 1938 à Lahore, il fut un poète et philosophe indien. Considéré comme l’un des poètes musulmans les plus influents du XXe siècle, il est considéré comme le père spirituel du Pakistan, créé après sa mort.

Texte
« Dieu s’adresse à l’homme : « Es-tu vivant ? Sois enthousiaste, sois créateur, sois le conquérant de l’Univers entier, comme Moi ! Réduis en miettes ce qui n’est pas digne de toi ; façonne un monde nouveau issu des profondeurs de ton être.

En savoir plus « Iqbal »

Iqbal

Mohammed Iqbal, Reconstruire la pensée religieuse de l’islam, III

Présentation
Né en 1877 en Inde britannique (actuel Pakistan), et mort en 1938 à Lahore, il fut un poète et philosophe indien. Considéré comme l’un des poètes musulmans les plus influents du XXe siècle, il est considéré comme le père spirituel du Pakistan, créé après sa mort.

Texte
« L’infinité de l’Ego ultime consiste dans les potentialités internes infinies de Son activité créatrice. »

En savoir plus « Iqbal »

Iqbal

Mohammed Iqbal, Les Secrets du Soi, Paris, Albin Michel, 1989

Présentation
Né en 1877 en Inde britannique (actuel Pakistan), et mort en 1938 à Lahore, il fut un poète et philosophe indien. Considéré comme l’un des poètes musulmans les plus influents du XXe siècle, il est considéré comme le père spirituel du Pakistan, créé après sa mort.

Texte
« Tu es une force endormie : éveille-toi !
Quand la pierre s’imagine être du verre
Elle devient du verre exposé à se briser
Si le voyageur pense qu’il est faible
Il abandonne sa vie aux mains des brigands
Combien de temps te considèreras-tu comme eau et argile ?
Crée de ton argile un Sinaï flamboyant ! »

En savoir plus « Iqbal »

Castaneda

Carlos Castaneda, L’herbe du diable et la petite fumée, Paris, Christian Bourgois Editeur, 1984, p. 151

Texte
« Je m’accrochais aux choses comme un enfant à des bonbons. Or l’herbe du diable n’est qu’un chemin parmi un million d’autres. N’importe quoi n’est qu’un chemin parmi des quantités de chemins (un camino entre cantidades de caminos). Il convient donc de ne pas perdre de vue qu’un chemin n’est après tout qu’un chemin ; si l’on a l’impression de ne pas devoir le suivre, inutile d’insister. Mais pour parvenir à une telle clarté il faut mener une vie bien réglée. Ce n’est qu’alors que l’on comprend qu’un chemin n’est qu’un chemin, et qu’il n’y a rien de mal ni pour soi ni pour les autres à le quitter, si c’est ce que votre cœur vous dit de faire. Mais cette décision de rester sur le chemin ou de le quitter doit être libre de toute peur ou de toute ambition. Je vous en avertis.

En savoir plus « Castaneda »

Ansembourg & Reybrouck

Thomas d’Ansembourg et David Van Reybrouck, La paix ça s’apprend !, Paris, Actes Sud, 2016, p. 64

Texte
« La notion d’intériorité est une notion peu familière aujourd’hui. Nous pouvons la décrire comme la capacité propre à l’humain de développer en soi un espace de ressourcement, de discernement et d’inspiration, qui permet aux différentes intelligences humaines de se conjuguer, en dépassant les clivages classiques. Cet état de centrage et de cohérence intérieure ouvre une vision inspirée qui encourage au geste juste. Très peu de nos contemporains réalisent que c’est cette intériorité qui non seulement facilite mais féconde notre participation active, créative et responsable à la vie commune.

En savoir plus « Ansembourg & Reybrouck »

Rinpotché

Sogyal Rinpotché, Le livre tibétain de la vie et de la mort

Texte
« Parmi les nombreux aspects de l’esprit on en distingue particulièrement deux.Le premier est l’esprit ordinaire, que les Tibétains appellent sem. Sem est l’esprit discursif, dualiste, l’esprit qui « pense », qui ne peut fonctionner qu’en relation avec un point de référence extérieur projeté par lui et faussement perçu. Sem est l’esprit qui pense, intrigue, désire, manipule, qui s’enflamme de colère, crée des vagues d’émotions et de pensées négatives et s’y complaît. C’est l’esprit qui doit sans relâche se justifier, consolider son existence et en prouver la validité en fragmentant l’expérience, en la conceptualisant et en la solidifiant. Inconstant et futile, l’esprit ordinaire est la proie incessante des influences extérieures, des tendances habituelles et du conditionnement : les maîtres le comparent à la flamme d’une bougie dans l’embrasure d’une porte, vulnérable à tous les vents de circonstances. […]

En savoir plus « Rinpotché »

Jean (Saint)

Évangile de Jean, 3, 1-9

Texte
« Or il y a avait parmi les Pharisiens un homme du nom de Nicodème, un des notables juifs. Il vint, de nuit, trouver Jésus et lui dit : « rabbi, nous savons que tu es un maître qui vient de la part de Dieu, car personne ne peut opérer les signes que tu fais si Dieu n’est pas avec lui ». Jésus lui répondit : « En vérité, en vérité, je te le dis : à moins de naître de nouveau, nul ne peut voir le royaume de Dieu ».

En savoir plus « Jean (Saint) »

Rûmî

Rûmî, Mathnawî, I

Texte
« De même que le souffle de l’Esprit saint, insufflé en Marie, lui a fait concevoir l’enfant divin, de même lorsque Dieu pénètre dans le cœur de quelqu’un et que l’inspiration divine emplit son cœur et son âme, sa nature est telle qu’alors est produit en lui un enfant spirituel […]

En savoir plus « Rûmî »