Découvrez nos ressources

Textes

Del Vasto

Lanza del Vasto, Approches de la vie intérieure

Texte
« Si nous recevons le soleil en face, notre dos reste dans l’ombre et tout notre corps projette une ombre sur la terre, ainsi de l’amour.
Tout amour humain comporte ainsi son revers de haine et bien souvent l’envers dépasse l’endroit.
Si j’aime une femme à la passion, je hais tous ceux qui pourraient lui faire ou lui vouloir du mal, je hais aussi tous ceux qui l’aiment trop et cherchent à détourner ses faveurs. Et cela n’est rien encore. Car si d’aventure elle se prenait à aimer quelqu’un d’autre et me faisait la suprême injure de trouver son bien en dehors de moi, voici que mon grand amour me porterait à le haïr à mort. Que dire de l’attachement avare et jaloux des familles.

En savoir plus « Del Vasto »

Del Vasto

Lanza del Vasto, Approches de la vie intérieure

Texte
« La nuit tombait. La route s’enfonça dans la forêt plus noire que la nuit.
J’étais seul, désarmé. J’avais peur d’avancer, peur de reculer, peur du bruit de mes pas, peur de m’endormir dans la nuit redoublée.
J’entendis des craquements sous bois et j’eus peur. Je vis luire entre les troncs des yeux de bête et j’eus peur. Puis je ne vis plus rien, et j’eus peur, plus que jamais.
Enfin, de l’ombre, une ombre sortit qui me barra la route :
« Allons ! Fais vite : c’est la bourse ou la vie ! »

En savoir plus « Del Vasto »

Dôgen

Dôgen, Tenzô kyôkun (Instructions au cuisinier zen), (le promeneur)

Présentation
Eihei Dôgen (1200-1253) est le fondateur de l’école Sôtô du bouddhisme zen au Japon.

Texte
Quand vous faites la cuisine, ne regardez pas les choses ordinaires d’un regard ordinaire, avec des sentiments et des pensées ordinaires. Avec cette feuille de légume que vous tournez dans vos doigts construisez une splendide demeure de bouddha et faites que cet infime grain de poussière proclame sa Loi.

En savoir plus « Dôgen »

Dürckheim

Karlfried Graf Dürckheim, L’homme et sa double origine, Paris, Albin Michel, « Spiritualités vivantes », 1996, p. 25-34

Présentation
Karlfried Graf Dürckheim (1896-1988) fut un psychothérapeute allemand initié au zen de l’école Rinzai.

Texte
« Vague, Feuille et Cep » « Reconnaître que l’on est une partie du Tout, que l’on est même le Tout selon sa modalité de partie, exige une certaine forme de conscience. Une conscience différente de celle qui voit comme séparé et distinct d’elle-même le Tout dans lequel elle est et qui est en elle.

En savoir plus « Dürckheim »

Dürckheim

Karlfried Graf Dürckheim (1896-1988), Dialogue sur le chemin initiatique, Entretiens avec Alphonse Goettmann, Paris, Albin Michel, 1999, p. 143-144

Texte
« Parmi les grands Maîtres que nous pouvons rencontrer sur le Chemin de notre existence, il y a l’Amour. Il est le premier adversaire de notre moi orgueilleux et mondain, le mouvement par excellence du lâcher-prise et du don de soi, le champ le plus fécond de l’expérience de l’Etre. Dans l’Amour, le numineux est éprouvé à une profondeur qui touche la totalité de la personne.

En savoir plus « Dürckheim »

Eckhardt

Maître Eckhardt

Texte
« Commence par toi-même et abandonne-toi. En vérité, à moins que tu ne te fuies d’abord toi-même, partout où tu fuiras, tu trouveras des entraves et de l’inquiétude, où que ce soit. Les gens qui cherchent la paix dans les choses extérieures, lieux ou modes, ou gens ou œuvres, ou les pays lointains, ou la pauvreté, ou l’abaissement, si grand que ce soit ou quoi que ce soit, tout cela n’est pourtant rien et ne leur donne pas la paix.

En savoir plus « Eckhardt »

Eckhart

Maître Eckhart, Conseils spirituels – 24 discours du discernement, Paris, Éditions Rivages & Payot, 2003, p. 71

Présentation
Eckhart von Hochheim, dit Maître Eckhart, (c. 1260 – c. 1328) est un spirituel, théologien et philosophe dominicain, le premier des mystiques rhénans. Il étudia la théologie à Erfurt, puis Cologne et Paris. Il enseigna à Paris, prêcha à Cologne et Strasbourg, et administra la province dominicaine de Teutonie depuis Erfurt. Conseils spirituels est le premier livre de Maître Eckhart, rédigé du temps où il était vicaire de Thuringe et prieur d’Erfurt, son couvent d’origine (1294-1298).

En savoir plus « Eckhart »

Eliade

Mircea Eliade, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, « Idées », 1963, p. 16-17

Présentation
Historien des religions, philosophe et mythologue, Mircea Eliade est né à Bucarest en 1907 et mort à Chicago en 1986.

Texte
« Essai d’une définition du mythe : Il serait difficile de trouver une définition du mythe qui soit acceptée par tous les savants et soit en même temps accessible aux non-spécialistes (…) Le mythe est une réalité culturelle extrêmement complexe, qui peut être abordée et interprétée dans des perspectives multiples et complémentaires. Personnellement, la définition qui me semble la moins imparfaite, parce que la plus large, est la suivante : le mythe raconte une histoire sacrée ; il relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des « commencements ».

En savoir plus « Eliade »

Feuerbach

Ludwig Feuerbach (1804-1872), L’essence du christianisme, Paris, François Maspero,1979, p. 153-156

Présentation
Ludwig Andreas Feuerbach est un philosophe allemand né le 28 juillet 1804 en Bavière.

Texte
« La religion est la scission de l’homme d’avec lui-même : il pose en face de lui Dieu comme être opposé à lui : Dieu n’est pas ce qu’est l’homme, l’homme n’est pas ce qu’est Dieu. Dieu est l’être infini, l’homme l’être fini ; Dieu est parfait, l’homme imparfait ; dieu éternel, l’homme temporel ; Dieu tout-puissant, l’homme impuissant ; Dieu saint, l’homme pêcheur : Dieu est l’absolument positif, la somme (Inbegriff) de toutes les réalités, l’homme est absolument négatif, la somme de toutes les nullités. Mais dans la religion l’homme objective [objectiver : faire de quelque chose un objet de perception] sa propre essence secrète. Il faut donc démontrer que cette opposition, cette division de l’homme et de Dieu, sur laquelle s’élève la religion, est une scission de l’homme et de sa propre essence. (…)

En savoir plus « Feuerbach »

François d’Assise (Saint)

François d’Assise (Saint), Cantique des créatures cité par François Cheng, Assise, Une rencontre inattendue, Paris, Albin Michel, 2014, p. 49-51

Présentation
François d’Assise (Saint), né Giovanni di Pietro Bernardone à Assise en Italie en 1181-1182 et mort en 1226, est un religieux catholique italien, diacre et fondateur de l’ordre des frères mineurs de l’Ordre franciscain.

Texte
« Loué sois-tu, Seigneur, Dans toutes tes créatures, Spécialement Messire Soleil, Par qui tu nous donnes le jour, la lumière ; Il est beau, rayonnant d’une grande splendeur, Et de toi, le Très-haut, Il nous offre le symbole.

Loué sois-tu, mon Seigneur, Pour sœur Lune et les Etoiles, Dans le ciel tu les as formées Claires, précieuses et belles.

En savoir plus « François d’Assise (Saint) »