André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus, « L’amour », Paris, PUF, 1995

Présentation
Né à Paris en 1952, André Comte-Sponville est un philosophe et écrivain français. Normalien et agrégé, il a soutenu en 1983 une thèse de doctorat intitulée Éléments pour une sagesse matérialiste.

Texte
« L’amour ne se commande pas, et ne saurait en conséquence être  un devoir (…) Le devoir est une tristesse, alors que l’amour est une spontanéité joyeuse. Ce que l’on fait par contrainte, écrit Kant, on ne le fait pas par amour » (Doctrine de la vertu, Introduction, XII, c).

Cela se retourne : ce qu’on fait par amour, on ne le fait donc pas par contrainte, ni donc par devoir (…) Quelle mère nourrit son enfant par devoir ? Et quelle plus atroce expression que celle de devoir conjugal ? Quand l’amour est là, quand le désir est là, qu’a-t-on besoin du devoir ? (…) L’amour ne se commande pas puisque c’est l’amour qui commande ».