Mohammed Iqbal (1877-1938), « Dialogue entre Dieu et l’Homme », Message de l’Orient, 1923, cit. et trad. dans Luce-Claude Maître, Mohammad Iqbal, Paris, P. Seghers, 1964, p. 67-68

Texte
« Dieu :
J’ai fait le monde d’eau et d’argile,
Tu as fait l’Iran, la Tartarie et l’Ethiopie ;
J’ai placé dans le sol le minerai de fer,
Tu as fait l’épée, la flèche et le fusil,
Tu as fait la hache pour l’arbre de la prairie,
Tu as fait la cage pour l’oiseau chanteur !

L’Homme :
Tu as créé la nuit et j’ai fait la lampe,
Tu as créé l’argile et j’ai fait la tasse,
Tu as créé les déserts, les montagnes et les forêts,
J’ai fait les vergers, les jardins et les bosquets ;
C’est moi qui transforme la pierre en un miroir, C’est moi qui transforme le poison en antidote ! (…)

Dieu a fait le monde, l’homme l’a fait plus beau encore ».