alexandre-jollien

Alexandre Jollien

« Bienvenue à tous. Que la joie et la paix habitent votre cœur. Handicapé de naissance, je suis aujourd’hui philosophe et écrivain. J’ai vécu 17 ans dans une institution pour personnes handicapées et c’est vraiment l’élément fondateur de ma philosophie. Voir que la joie est toujours possible, quelles que soient les circonstances. Pour cela, tout un art de vivre est requis, des exercices spirituels et une ascèse. Mais l’ascèse consiste à en faire toujours moins, à se libérer des fausses questions, à laisser de côté toutes les comparaisons qui nous tuent, pour découvrir que la joie, la paix, que nous cherchons à l’extérieur, sont déjà au cœur de nos vies. » Pour en savoir plus, vous pouvez consulter son site.

Programme de l’année 2016 – 2017

Session 1 – Splendeurs et périls de la vie spirituelle (17 octobre 2016)
Examen de quelques étapes et écueils du chemin.

Session 2 – Le dire « oui » (24 octobre 2016)
Qu’est-ce qu’accepter ou accueillir ce que nous offre l’existence ?

Programme de l’année 2015 – 2016 

Session 1 – La pratique de la méditation (18 janvier 2016)
Le zen procède d’un art de vivre, un dire « oui » à ce qui se présente. Il s’agit de se dépouiller, de quitter cet incessant commentaire intérieur qui juge la réalité et introduit comme une distance entre soi et le monde. Au-delà des caricatures, le zen invite à une déprise de soi. Bref, il s’agit de descendre au fond du fond, quitter une vie par trop mécanique, oser vivre à partir de l’intimité. L’expérience du zazen, son goût rejoint d’une façon singulière la tradition mystique. Sans tomber dans un syncrétisme, nous pouvons essayer d’établir des ponts entre les traditions pour y glaner quelques exercices spirituels aptes à nous rendre plus joyeux, plus libres et plus aimant.

Références majeures
Janwillem Van de Wetering, Le Miroir vide, Paris, Seuil, 1978.
Dainin Katagiri, Retour au silence, Paris, Seuil, 1993.

Session 2 – Le métier d’homme (25 janvier 2016)
Dans le Métier d’homme, j’ai essayé d’envisager les grands chantiers de l’existence : le rapport au corps, à soi, le lien avec les autres et la façon de traverser les épreuves et d’assumer au quotidien la souffrance. Au fond, il s’agit de renouer avec la tradition où la philosophie est vécue comme un exercice spirituel, un art de vivre. Philosopher c’est se convertir, se lancer dans la voie de l’ascèse, se construire mais avant tout, se dépouiller de tout ce qui nous aliène.

Références majeures
Platon, Apologie de Socrate, Paris, Hatier, 1999.
Nietzsche, Le Gai savoir, Paris, Gallimard, 1950.