Platon, Parménide, trad. Victor Cousin, Wikisource

Texte
« Pendant que Socrate parlait ainsi, Pythodore crut, à ce qu’il me dit, que Parménide et Zénon se fâcheraient à chaque mot. Mais, au contraire, ils prêtaient une grande attention et se regardaient souvent l’un l’autre en souriant comme s’ils étaient charmés de Socrate ; ce qu’en effet, après que celui-ci eut cessé de parler, Parménide exprima en ces termes :

– Que tu es louable, Socrate, dans ton ardeur pour les recherches philosophiques ! Mais, dis-moi, distingues-tu en effet, comme tu l’as dit, d’une part les Idées elles-mêmes, et de l’autre ce qui en participe (…)

– Oui, répondit Socrate.

– Peut-être, continua Parménide, y a-t-il quelque Idée en soi du Juste, du Beau, du Bon et de toutes les choses de cette sorte ?

– Assurément, reprit Socrate.

– Eh quoi ! Y aurait-il aussi une Idée de l’homme séparée de nous et de tous tant que nous sommes, enfin une Idée en soi de l’homme, du feu ou de l’eau ?

–  J’ai souvent douté, Parménide, répondit Socrate, si on en doit dire autant de toutes ces choses que des autres dont nous venons de parler.

–  Es-tu dans le même doute, Socrate, pour celles-ci, qui pourraient te paraître ignobles, telles que poil, boue, ordure, enfin tout ce que tu voudras de plus abject et de plus vil ? Et crois-tu qu’il faut ou non admettre pour chacune de ces choses des Idées différentes de ce qui tombe sous nos sens ?

– Nullement, reprit Socrate ; ces objets n’ont rien de plus que ce que nous voyons ; leur supposer une Idée serait peut-être par trop absurde. Cependant, quelquefois il m’est venu à l’esprit que toute chose pourrait bien avoir également son Idée… Mais quand je tombe sur cette pensée, je me hâte de la fuir, de peur de m’aller perdre dans un abîme sans fond. Je me réfugie donc auprès de ces autres choses dont nous avons reconnu qu’il existe des Idées, et je me livre tout entier à leur étude.-C’est que tu es encore jeune, Socrate, reprit Parménide ; la philosophie ne s’est pas encore emparée de toi, comme elle le fera un jour si je ne me trompe, lorsque tu ne mépriseras plus rien de ces choses. »